La stratégie d’entreprise.

La Stratégie d’entreprise a quelques décennies d’existence. Elle s’inspire de la stratégie militaire, formalisée il y a plus de 2 500 ans par « SUN-TZU » dans“ l’art de la guerre“.

Elle repose sur cinq préceptes fondamentaux :

  • Visez la victoire, avant de vous lancer dans une activité, évaluez le potentiel de cette activité, mais aussi les atouts dont votre entreprise dispose pour s’imposer dans cet environnement.
  • Ne vous lancez dans cette activité que si vous pouvez  espérer à terme défendre votre position sur le marché.
  • C’est possible dans deux cas de figure :
  • Si votre entreprise peut espérer, à terme figurer parmi les trois ou quatre entreprises leaders de cette activité.
  • Si vous optez pour une stratégie de niche.
  • A contrario, vouloir rentrer dans une activité et n’avoir pour ambition que d’occuper une position marginale conduit inévitablement à l’échec.

Concentrez vos moyens sur vos forces, l’erreur du saupoudrage :

Pour des raisons d’organisation interne, la tentation pourrait être de saupoudrer les moyens disponibles. Par exemple, une fois le budget d’investissement annuel établi, vous pourriez être tenté, pour ne déplaire à personne, de répartir les crédits sur toutes les divisions, en fonction de leur taille relative. Mais saupoudrez est une erreur : ces activités seront toutes en position de faiblesse, car vous n’aurez pas assez de moyens à leur allouer.

La stratégie implique de faire des choix.

Vous devez établir des priorités et concentrer vos forces et vos investissements sur vos points forts. Estimez le risque de la stratégie choisie. 

Le risque dépend de deux données fondamentales :

  • La visibilité dont dispose l’entreprise sur son marché ;
  • La flexibilité de l’entreprise : peut-elle facilement modifier sa trajectoire si un événement imprévu survient. Par exemple, une compagnie qui investit à long terme a une flexibilité très faible.

Vous pouvez agir sur ces deux données en cherchant :

  • D’une part, à améliorer votre visibilité en mettant en place des outils spécifiques comme des études, des actions de veille concurrentielle ou technologique pour mesurer les évolutions à long terme de l’environnement, mais aussi en signant des contrats ou des concessions qui courent sur plusieurs dizaines d’années.
  • D’autres part, à améliorer votre flexibilité en effectuant : ces investissements les plus flexibles possibles, c’est-à-dire des investissements qui pourront être réorientés si le besoin s’en fait sentir, même s’il est plus coûteux.

Soyez capable de vous remettre en cause :

La stratégie ne consiste pas a fixer une fois pour toute un objectif et une manière unique de l’atteindre.

  • D’une part, puisque l’environnement des entreprises tend à se modifier de plus en plus rapidement, leur stratégie doit évoluer en conséquence : il ne faut donc pas hésiter de changer de chemin quand cela est nécessaire.
  • D’autre part, définir une stratégie n’empêche pas de saisir des opportunités : une bonne stratégie doit au contraire permettre d’appréhender dès qu’elles apparaissent opportunités et menaces.
  • Décrochez si la situation évolue défavorablement.
  • Remettre en cause votre stratégie peut aller jusqu’à décider d’abandonner votre investissement.

Aussi :

Vous devez envisagez l’échec et identifier toutes les raisons possibles d’échec. Construisez des plans alternatifs. Plus vous aurez anticipé, plus vous aurez anticipé, plus vous serez à même de prendre une décision rapide si un problème survient.

  • Concentrez vos moyens sur vos forces.
  • Estimez le risque de la stratégie choisie.
  • Soyez capable de vous remettre en cause.
  • Décrochez si la situation évolue défavorablement.

A propos Didier

auteur du: Praticopratique de l'entreprise et du management.
Ce contenu a été publié dans Stratégie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *